STAGE – A l’écoute de mon hypersensibilité

Printemps 2023 – Saint Laurent de Gosse (40)

Je vous propose le 1er stage du cycle RENCONTRE et ECOUTE.

Ce 1er stage aura lieu sur deux jours, à Terre d’Issis, à Saint Laurent de Gosse. Nous serons ensemble pour deux jours, puisque c’est un stage avec hébergement. Le but est d’être en immersion pour être dans la Rencontre, avec nous-même, avec notre hypersensibilité, avec l’autre, avec le groupe.
Le thème principal de ce premier stage sera “A l’écoute de notre hypersensibilité”. Nous mettre à l’ECOUTE, en ouverture, sans jugement, dans une attitude d’accueil, de cette sensibilité à fleur de peau qui souvent nous fait souffrir lorsque nous ne l’avons pas apprivoisée.
Nous irons à la RENCONTRE de cette hypersensibilité, dans chacune de ses dimensions, d’abord avec nous-même, puis dans la relation à l’autre, puis dans le collectif.
Nous pourrons commencer ou continuer un journal de notre hypersensibilité afin de faire connaissance avec ce fonctionnement singulier, et nous aider à nous observer sans jugement.

Approches utilisées : Méditations, créativité, danse, philosophie intuitive, psychoéducation.

Horaires :
– Vendredi : Arrivée à 9h pour un début à 9h30. Fin de journée vers 18/18h30
– Samedi : 9h30 – 18h

Tarifs : 60€ 1 nuitée et participation pour le lieu de stage + 150 € les 2 jours de stage – Prix total : 210 €

Lieu : Saint-Laurent de Gosse (à côté de Bayonne), lieu en pleine nature.
Nuitées : Chambres de 2 ; les repas seront organisés en auberge espagnole avec ce que chacun aura apporté.

Nombre de places : 14

Inscription par mail marion.thiessard@gmail.com
Votre inscription sera validé après versement de 100 € d’arrhes.

FORMATION “Education à la Paix sous toutes ses formes vers une communication bien-Veillante”

Samedi 26 avril et 2 mai de 9h à 12h30 – dans le cadre de l’association Pour une éducation bien-Veillante

Formation en ligne pour les professionnels de l’enfance, de l’animation et de l’éducation.
Les intervenants de la Fédération Pour une Education bien-Veillante vous proposent un programme de formation en ligne sur deux matinées.

Pour vous inscrire : INSCRIPTION

Et si la Paix venait aussi de et par les mots que nous utilisons …

Il y a quelques années de cela j’ai pris conscience du bain-lexical de lutte proposé par notre société. Peut-on alors vraiment ne pas se questionner sur les mots que nous utilisons lorsque nous nous mettons sur le chemin de la Paix, en ayant profondément compris et senti que cette Paix ensemble ne pourra être présente que si la paix en soi est là.

Ne pas nous mettre en conscience du vocabulaire que nous utilisons dans notre relation à nous-même et aux autres engendre une énergie discordante avec nos intentions de Paix.

L’éducation bienveillante que l’on pourrait croire paisible n’en est pas libérée. Nous pouvons encore entendre des injonctions comme “il faut armer les enfants”. Les “il faut” continuent à nous donner des injonctions, étant du domaine de la violence subtile, car même si nous disons “il faut être zen” nous essayons de passer en force. La détente, tout comme l’amour ne peuvent venir que par l’accueil de ce qui est là, dans une dimension fluide et détendue. “Armer” – s’agit-il encore d’armer nos enfants ? Ou pouvons-nous leur offrir de développer leurs ressources ?

Certains diront peut-être que je tatillonne ou que “Quand même faut pas exagérer, on peut encore parler comme on veut, ça ne va pas jusque là !” Et bien je le crois profondément. Le monde que nous souhaitons peut venir de l’énergie que nous y mettons, que nous développons en nous à chaque instant. Transformer notre vocabulaire, développer un nouveau lexique, engendre une nouvelle énergie dans nos relations.

Un autre exemple : “Je dois travailler sur moi”. Qu’en pensez-vous, que ressentez-vous en lisant cette phrase ? Vous l’êtes-vous déjà dite à vous-même ? “Je dois” : encore une injonction. Puis-je le transformer en “Cela me ferait du bien de” ou “ C’est important pour moi” ou “Je souhaite”? “Travailler sur moi” : ça fait un peu rugueux non ? L’impression de travaux en bâtiment ou de passer en force avec le mental. Puis-je proposer : “Je ressens le besoin d’aller à ma rencontre et d’apaiser les parties de moi qui me font souffrir” ou “Je me mets en chemin vers le meilleur de moi” ou “Je me mets en chemin de prendre soin de moi” ; ou encore plus acceptable par les proches : “J’ai besoin de prendre soin de moi” ? En écrivant ces mots je me dis qu’effectivement vous devez vous dire : je vais me faire traiter de “bisounours”, de “perché”, un “T’as fumé quoi ?” Peut-être même que votre ventre se serre. Oui, c’est vrai qu’en utilisant ces nouvelles formulations vous prenez le risque de recevoir des mots de jugements. Sachez qu’ils appartiennent à l’autre, qui ne s’est pas encore mis en conscience des jugements qui sortent de sa bouche et n’est probablement pas encore en douceur avec lui-même. Il s’agit aussi ici de retrouver sa liberté d’être.

D’autres mots de lutte : vaincre, convaincre, il faut, je dois, tu dois, gérer, maîtriser, débattre, confronter, … Le mot “lâcher prise” est lui-même devenu une certaine forme de violence que l’on se fait ou que l’on nous fait lorsque l’autre nous dit : “tu devrais lâcher prise !” Une violence sous une intention initiale de bienveillance, du fait de l’injonction et du non-accueil de ce qu’il se passe pour l’autre.

Afin que cette nouvelle-conscience ne devienne pas elle-même une lutte avec vous-même, je vous propose de vous mettre en conscience en douceur. De vous mettre à l’écoute des sons qui sortent de votre bouche, de sentir s’ils sont doux, tendres, dans la justesse. Et lorsqu’un mot de lutte sera présent (du fait des automatismes en place depuis des années), tout simplement “attraper” ce mot exprimé là, délicatement, comme une plume, et de le remplacer par un mot plus paisible, plus bienveillant.

Pour que nos relations avec nous-même et avec les autres s’apaisent. Pour un monde plus paisible et bienveillant, incarnant une posture “avec”, d’accueil de ce qui est là à chaque instant, pour mieux aller vers le meilleur de nous-même, tous ensemble.

Marion Thiessard, Psychologue

Conférence – Accompagner l'(hyper)sensibilité de l’enfant

Jeudi 2 mars 2023 de 19 à 21h

Maison des associations, 40 impasse Georges Sabde 40280 Saint-Pierre du Mont

L’enfant naît sensible. On pourrait même dire qu’à la naissance, il n’est que sensibilité. Dès lors, quelle pertinence peut-il y avoir à parler d’hypersensibilité chez un enfant ? 

Certains enfants expriment leur humeur au-delà de ce que nous attendons généralement comme réaction : celui-ci pleure pour une rien, celle-là explose à la moindre contrariété, tel autre se rend malade à la moindre dispute… Il existe bien des enfants dont la sensibilité apparaît comme extrême, excessive. Nous verrons que l’hypersensibilité est une notion transversale, qui implique les principaux aspects de la personnalité, aussi bien émotionnels que relationnels et même intellectuels. Elle a de multiples facettes. Elle ne se manifeste pas d’une seule manière.
En explorant le fonctionnement des enfants hypersensibles, nous verrons comment les accompagner afin qu’ils puissent s’épanouir au mieux dans le monde d’aujourd’hui.