CONFÉRENCE – Attachements premiers et qualités relationnelles

Vendredi 13 mars 2020 – de 19h à 21h – Maison des associations, avenue de Chalosse 40465 Pontonx sur l’Adour

Et si notre manière de relationner actuelle dépendait de la qualité des premiers attachements que nous avons vécus ?

Je vous propose pour la première fois une conférence sur le sujet profond de l’attachement.
L’attachement et son rapport à la confiance
L’attachement et son rapport à l’amour
L’attachement et son rapport à la relation
L’attachement et son rapport avec notre manière d’être au monde …

Et si pour entrer dans l’Amour, nous nous mettions en chemin du rematernage, le chemin de la réparation de notre rapport à nous-mêmes et à l’autre ?

Organisée par l’association Pour une éducation bien-Veillante – Participation : 2€ adhérent / 5€ non-adhérent – 10€ adhésion annuelle et familiale

INSCRIPTION ICI

Et si la Paix venait aussi de et par les mots que nous utilisons …

Il y a quelques années de cela j’ai pris conscience du bain-lexical de lutte proposé par notre société. Peut-on alors vraiment ne pas se questionner sur les mots que nous utilisons lorsque nous nous mettons sur le chemin de la Paix, en ayant profondément compris et senti que cette Paix ensemble ne pourra être présente que si la paix en soi est là.

Ne pas nous mettre en conscience du vocabulaire que nous utilisons dans notre relation à nous-même et aux autres engendre une énergie discordante avec nos intentions de Paix.

L’éducation bienveillante que l’on pourrait croire paisible n’en est pas libérée. Nous pouvons encore entendre des injonctions comme “il faut armer les enfants”. Les “il faut” continuent à nous donner des injonctions, étant du domaine de la violence subtile, car même si nous disons “il faut être zen” nous essayons de passer en force. La détente, tout comme l’amour ne peuvent venir que par l’accueil de ce qui est là, dans une dimension fluide et détendue. “Armer” – s’agit-il encore d’armer nos enfants ? Ou pouvons-nous leur offrir de développer leurs ressources ?

Certains diront peut-être que je tatillonne ou que “Quand même faut pas exagérer, on peut encore parler comme on veut, ça ne va pas jusque là !” Et bien je le crois profondément. Le monde que nous souhaitons peut venir de l’énergie que nous y mettons, que nous développons en nous à chaque instant. Transformer notre vocabulaire, développer un nouveau lexique, engendre une nouvelle énergie dans nos relations.

Un autre exemple : “Je dois travailler sur moi”. Qu’en pensez-vous, que ressentez-vous en lisant cette phrase ? Vous l’êtes-vous déjà dite à vous-même ? “Je dois” : encore une injonction. Puis-je le transformer en “Cela me ferait du bien de” ou “ C’est important pour moi” ou “Je souhaite”? “Travailler sur moi” : ça fait un peu rugueux non ? L’impression de travaux en bâtiment ou de passer en force avec le mental. Puis-je proposer : “Je ressens le besoin d’aller à ma rencontre et d’apaiser les parties de moi qui me font souffrir” ou “Je me mets en chemin vers le meilleur de moi” ou “Je me mets en chemin de prendre soin de moi” ; ou encore plus acceptable par les proches : “J’ai besoin de prendre soin de moi” ? En écrivant ces mots je me dis qu’effectivement vous devez vous dire : je vais me faire traiter de “bisounours”, de “perché”, un “T’as fumé quoi ?” Peut-être même que votre ventre se serre. Oui, c’est vrai qu’en utilisant ces nouvelles formulations vous prenez le risque de recevoir des mots de jugements. Sachez qu’ils appartiennent à l’autre, qui ne s’est pas encore mis en conscience des jugements qui sortent de sa bouche et n’est probablement pas encore en douceur avec lui-même. Il s’agit aussi ici de retrouver sa liberté d’être.

D’autres mots de lutte : vaincre, convaincre, il faut, je dois, tu dois, gérer, maîtriser, débattre, confronter, … Le mot “lâcher prise” est lui-même devenu une certaine forme de violence que l’on se fait ou que l’on nous fait lorsque l’autre nous dit : “tu devrais lâcher prise !” Une violence sous une intention initiale de bienveillance, du fait de l’injonction et du non-accueil de ce qu’il se passe pour l’autre.

Afin que cette nouvelle-conscience ne devienne pas elle-même une lutte avec vous-même, je vous propose de vous mettre en conscience en douceur. De vous mettre à l’écoute des sons qui sortent de votre bouche, de sentir s’ils sont doux, tendres, dans la justesse. Et lorsqu’un mot de lutte sera présent (du fait des automatismes en place depuis des années), tout simplement “attraper” ce mot exprimé là, délicatement, comme une plume, et de le remplacer par un mot plus paisible, plus bienveillant.

Pour que nos relations avec nous-même et avec les autres s’apaisent. Pour un monde plus paisible et bienveillant, incarnant une posture “avec”, d’accueil de ce qui est là à chaque instant, pour mieux aller vers le meilleur de nous-même, tous ensemble.

Marion Thiessard, Psychologue

Stage Relation bien-Veillante et écoute empathique

Samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre 2019 de 9h à 17h30

Centre de loisirs, 8 sentier des écoliers 40090 ST-PERDON

L’association Pour une éducation bien-Veillante 40 vous propose deux jours autour du thème “Relation bien-Veillante et écoute empathique”

Ces deux jours ensemble pour prendre le temps d’aller voir en soi notre rapport à la Relation, notre positionnement avec nous-même et avec l’autre, les bases d’une relation bien-Veillante.
Nous aborderons également les mécanismes neurologiques, comportementaux, émotionnels, et affectifs qui font que la relation peut être parfois d’une grande douceur, et parfois tourner au conflit sans que nous ayons eu le temps de comprendre ce qui s’est joué là.
La deuxième journée sera consacrée à l’écoute empathique, l’accueil de la parole et des émotions de l’autre, mais aussi l’accueil de ce qu’il se passe en soi.

Intervenante : Marion THIESSARD, psychologue-psychothérapeute.

Tarifs pour les deux jours : 40 € pour les adhérents, 50 € pour les non-adhérent. Adhésion à l’association : 10 € par an pour toute la famille.

Le stage prend tout son sens sur deux jours. Pour ceux qui ne peuvent venir que le samedi, c’est possible.
La journée de dimanche sera sur condition d’avoir participé à celle du samedi.

Organisation : Accueil à 9h30 au Centre de loisirs avec café, thé, jus de fruits. Chacun apportera de quoi manger pour le repas de midi, à partager sous forme d’auberge espagnole.
Repas froid uniquement.

Je m’inscris

Conférence + Atelier : Ecoute empathique et qualité relationnelle

Septembre 2019 – Vendredi 27 à 19h30 et samedi 28 à 9h30 – MVC Centre Ville, 11 bis Rue Georges Bergès 64100 BAYONNE

Dans le cadre de l’association Pour une éducation bien-Veillante, nous vous proposons un double événement – Pour l’atelier, présence à la conférence de la veille préférable. Vous pourrez choisir la conférence et/ou l’atelier en réservant vos places par la billetterie.

CONFÉRENCE – Vendredi soir de 19h30 à 21h30 – Et si la qualité de nos relations dépendait de de l’écoute que nous nous offrons l’un à l’autre ? Je vous propose un moment pour aller à la découverte de la nature d’une relation, ses mécanismes, ce qui se joue dans la profondeur de deux êtres qui entrent en lien.

ATELIER – Samedi matin de 9h30 à 12h – Lors de cet atelier, nous prendrons le temps de la rencontre par des petits exercices expérientiels, pour ensuite s’exercer à l’écoute empathique.
Intervenante : Marion THIESSARD, psychologue-psychothérapeute.
Participation : 2 € adhérent, 5 € non-adhérent. Adhésion familiale et annuelle 10 €

Inscription ICI

S’écouter et se comprendre avec le coeur

J’ai envie aujourd’hui de partager ce qu’il se passe en moi, mon besoin que les choses puissent se dire avec amour et douceur, pour être transformées.

Lorsqu’une émotion surgit en nous, elle a souvent été déclenchée par un événement, un facteur extérieur, une parole, un acte, un geste ou un non-geste, mais parfois juste par une pensée. Nous nous sentons blessé(e), choqué(e). Les émotions les plus connues, peur, colère et tristesse viennent seulement dans un deuxième temps, quelques micro-secondes après. Mais la première émotion est soit blessé(e), soit choqué(e). En prenant conscience de cela, nous pouvons choisir comment ré-agir. Et si nous devons agir ou ré-agir.

Nous pouvons également choisir d’écouter ce qu’il s’est passé pour l’autre, faire de la place, ouvrir notre coeur. Oui, c’est souvent très difficile d’ouvrir son coeur et de se mettre en position d’écoute et d’empathie lorsque nous avons été choqué(e) ou blessé(e). La première empathie à avoir est avec nous-mêmes. Puis, dans un second temps – avant tout action ou réaction – c’est se mettre à l’écoute de ce qu’il se passe pour l’autre, et ce qui a déclenché son (non-)geste, sa (non-)parole … 

La première difficulté, c’est de croire que l’autre nous attaque. Je vous propose de regarder les choses autrement : Il n’existe pas d’attaque, il n’existe que des défenses. Personne n’attaque en premier. Si vous regardez bien l’enchaînement des événements, chaque attaque est en elle-même une défense de quelque chose qui s’est passé avant pour la personne qui met en acte ce comportement. Parfois il est décalé, il n’est pas venu de la personne qui reçoit l’événement suivant (vidéo ci-dessous “Je suis donc tu es” ).

La deuxième difficulté est due à nos mécanismes de défense automatiques, installés depuis l’enfance, et ayant une utilité biologique de survie. Je reprends donc : Il se passe quelque chose – une émotion se déclenche en moi – je réagis. Nous pouvons même parler ici de garde du corps, car c’est notre cerveau reptilien qui déclenche une réaction de survie. Il choisira la fuite (je pars de la situation, je fais comme si elle n’existait pas, je mens …), la lutte (je m’énerve, je cris, j’attaque l’autre, je me justifie, je cherche à avoir raison…) ou le repli (je prends sur moi, je ne dis rien, je me dis que ce n’est pas grave, je me dis que c’est ma faute…). 

Et si je décidais aujourd’hui de prendre un temps de respiration lorsqu’une émotion surgit en moi, m’asseoir, ancrer mes pieds au sol, respirer, me connecter à mes sensations corporelles, laisser passer mes pensées très agitées du fait de l’émotion ?… Décider de laisser passer le gros de la vague émotionnelle sans réagir, sans fuir, ni lutter ni me replier. Prendre le temps de laisser mes cerveaux reptiliens et limbiques se calmer, pour reprendre mes esprits et pouvoir revenir dans le coeur.

OUI, sortir de la lutte qui fait tant de mal dans les relations, qui fait tant de mal à nous-mêmes, qui blesse et re-blesse, et nous éloigne de plus en plus de l’amour.C’est une vraie décision à prendre avec soi-même.

Cela ne veut pas dire se laisser faire, bien au contraire. C’est aussi poser ses limites, dire NON quand la situation n’est ni juste ni dans la justesse, c’est dire ses besoins de manière claire. C’est se mettre en conscience, se responsabiliser. C’est ouvrir son coeur pour être dans une vraie écoute de ce qu’il se passe pour l’autre, sans choisir ni déformer ses mots par le filtre de notre ego blessé. 

Oui, l’Amour c’est la Rencontre.  La Rencontre de Soi et de ses mouvements internes et externes, la Rencontre de l’autre dans ses propres mouvements, et la Rencontre de notre danse commune. C’est aussi accueillir les maladresses, les non-justesses, les réactions qui ne manqueront pas d’arriver, car danser ensemble c’est aussi prendre le risque de se heurter, de se blesser, mais c’est toujours revenir à l’Amour. 

OUI nous rêvons d’amour, nous rêvons et souhaitons d’un monde meilleur, un monde d’Amour et de Paix. Et si nous en étions les premiers acteurs ? 

Doit-on exprimer ses émotions ?

Depuis plusieurs années, je vois et lis régulièrement des publications, des articles, des livres qui parlent d’expression des émotions. Il semblerait que nous soyons dans une espèce de mode devenue aujourd’hui presque un diktat selon lequel nous devons exprimer nos émotions. Je ne peux qu’exprimer un énorme bémol à cela, allumer des signaux d’alarme ou de vigilance.

Pour moi, nous ne sommes pas aujourd’hui en capacité de le faire de manière saine, car notre intelligence émotionnelle n’est pas suffisamment développée. L’intelligence émotionnelle, c’est quoi ?

Premièrement, c’est savoir que mon émotion m’appartient. Une émotion est un signal, un message, que quelque chose se passe en moi, pour moi.

Deuxièmement, l’autre n’est ni coupable ni responsable de mon émotion. Un de ses comportements (geste, parole, non-geste, etc) peut avoir déclenché une émotion en moi, mais en aucun cas c’est lui qui est responsable ou coupable. Quel que soit le comportement de l’autre, si rien n’était présent en moi pour s’activer au contact de ce comportement, je n’aurai pas d’émotion. C’est bien qu’il y a quelque chose en moi qui s’active. Autre signe de cela : pourquoi avons-nous tous des émotions et réactions différentes par rapports à un même événement déclencheur ?

Troisièmement, ce n’est pas parce je ressens une émotion que je dois la dire à l’autre. Pour moi, une émotion est un message. Et le première personne à laquelle elle s’adresse et doit être exprimée c’est à moi ! Mon émotion vient me parler de ce qu’il se passe pour moi (pas de l’autre !) et me signale qu’il y a quelque chose dont je dois prendre soin. La première démarche est donc de se mettre à l’écoute de soi et de ce qu’il se passe en soi, afin de prendre soin de soi. Et cela demande parfois du temps.

Quatrièmement, c’est à moi de prendre soin de mes besoins. Exprimer immédiatement mon émotion à l’autre, c’est prendre le risque d’en rendre l’autre responsable de ce que je ressens, de ce que je vis de désagréable (autrement dit l’accuser), poser sur l’autre la charge de prendre soin de mes besoins. L’autre devient le support de mes attentes. Je perds là le pouvoir sur ma vie. Il est très rare aujourd’hui de savoir parler à partir de soi, sans être dans l’accusation, ou la déresponsabilisation, et se poser comme victime de l’autre.

Cinquièmement, une vigilance particulière est à mettre en place lorsque mes émotions sont “enflammées” car il s’agit là probablement d’un réveil de blessure de l’enfance. Quelque chose s’est passé ici et maintenant avec l’autre qui ressemble à un événement émotionnellement blessant de mon enfance. Et la charge émotionnelle qui s’active ici et maintenant est totalement disproportionnée, puisque c’est une énergie bloquée hier qui essaie de se décharger aujourd’hui. Attention donc à l’effet explosif ! Il s’agit ici d’aller rencontrer ce qui se réveille, la source de cette émotion réactivée. C’est seulement après que je pourrais raconter à l’autre ce qu’il s’est passé en moi, pour moi.

Pour finir, exprimer son émotion, c’est parler à partir de soi, de ce qu’il se passe en soi et pour soi. C’est un récit de moi-même, de mes mouvements internes, c’est livrer à l’autre la couleur de mon océan, ses vagues, ses clapotis, ses tsunamis parfois. C’est lui raconter la palette de mon arc en ciel, lui parler à partir de mon coeur, de mon ventre (et pas de mon mental qui rumine et cherche des coupables), de ce qui me blesse, de ce qui s’est réveillé en moi et pour moi, de ce qui m’a blessé(e) ou choqué(e) dans ce qu’il s’est passé. Mais c’est aussi lui faire découvrir ce qui me fait du bien, ce dont j’ai besoin, ce qui me fait vibrer, mes limites, mes nuances, ma sensibilité… Et lui signifier (ce qui va alléger la relation) que c’est moi qui vais prendre soin de moi et de ma vie, car l’être précieux que je suis a le droit à cet amour inconditionnel. Et je décide aujourd’hui de me l’offrir.

“C’est à travers les fêlures qu’on voit la lumière”…

Parfois les blessures de notre enfant intérieur s’enflamment, et nous font traverser des périodes difficiles, sombres, allant même jusqu’à nous faire vivre une très grande obscurité. La lumière est alors seulement dans la foi que tout est là, que ce chemin est nécessaire pour guérir. Puis vient le temps de l’aube, celui où nous sentons un début de cicatrisation des blessures, où nos émotions s’apaisent, où la lumière revient doucement.
Oui, accepter de traverser nos zones d’ombres, accueillir nos émotions douloureuses, prendre soin de notre enfant intérieur blessé, bercer ses désespoirs et ses terreurs, et lui montrer que nous sommes là solide, fiable et aimant inconditionnellement… c’est le chemin de la guérison profonde.
C’est aussi accepter ce temps de l’obscurité, de la veille, où les choses peuvent tout doucement se réparer, cicatriser. 
Puis re-vient la lumière, plus puissante et éclatante, qui nous permet alors de continuer à expandre le meilleur de nous-mêmes.

(Hyper)sensibilité des enfants, comment les accompagner ?

Vendredi 28 juin de 18h à 20h30, MVC Centre ville, 11 bis rue Georges Bergès 64100 BAYONNE

Peut-on parle de sensibilité ou d’hypersensibilité lorsqu’il s’agit de l’enfance ?
Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?
Pourquoi les enfants sont-ils sensibles ?
En tant que parents, que déclenchons-nous avec nos inconscients ?
Accueillir la sensibilité de l’enfant.
L’accueil de l’émotion, une histoire de relation.

Nos enfants , être sensibles, sont traversés par des émotions, tournant parfois en crises quand leurs besoins ne sont pas respectés, entendus, exprimés.
Dans cette conférence, je vous proposerait quelques outils pour les accompagner au mieux.

Cette conférence est proposée dans le cadre de l’association Pour une éducation bien-Veillante. Participation : 2 € adhérent, 5 € non-adhérent. Adhésion familiale et annuelle 10 €

Pour s’inscrire :

Propulsé par HelloAsso